© 2017-2019 by Bouquinista

  • Grey Facebook Icon
  • Gazouillement
  • Grey Google+ Icon

Serre-moi fort

    Claire Favan

         (2017)

Le pitch:

"Serre-moi fort." Cela pourrait ressembler à un appel au secours. Du jeune Nick, tout d'abord. Victime collatérale de la disparition inexpliquée de sa sœur, contraint de vivre dans un foyer brisé et entre deux parents totalement obsédés par leur quête de vérité. Il aimerait tant que sa mère le prenne dans ses bras... D'Adam Gibson, ensuite. Policier chargé de diriger l'équipe qui enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit identifier les victimes – toutes des femmes – et tenter de remonter jusqu'au tueur, qui a savamment brouillé les pistes. Si Adam parvient à cerner quelques-unes de ses motivations, c'est à peu près tout. Et il prend le risque de trop qui le jette directement dans les bras du tueur. Commence alors entre eux un affrontement psychologique d'une rare violence... N'entendez-vous pas leur appel désespéré quand tous murmurent : "Serre-moi fort" ?

Mon avis:

Nick a 15 ans en ce début de livre. Il fait la terrible et traumatisante expérience d'être le « survivant » au sein d'une famille où sa soeur Lana, 17 ans, disparait brusquement d'un jour à l'autre sans laisser aucunes traces d'elle. Nick sera celui qui devient « transparent ». Celui dont le seul fait de vivre est presque une « insulte » à la disparue. Celui enfin qui va devoir prendre en charge le quotidien de la famille face à l'abdication totale des parents, rongés par le chagrin, qui se réfugient, l'une dans les médicaments pour la mère, l'autre dans l'alcool pour le père. Avant de finalement se reprendre et de se consacrer exclusivement et totalement à la recherche de leur fille disparue, comme si elle avait été fille unique. Nick n'existe plus à leurs yeux et grandit ainsi par force et sans amour.


Pour la fin de cette première partie, j'avoue que l'idée m'avait vaguement effleurée ; elle m'a donc moins scotchée que prévu mais j'ai été étonnée que cette révélation intervienne si tôt dans l'histoire ! Mais las !! Ce n'était qu'un début !!
Puis on rentre dans le roman dit « a tiroirs ». En effet, en seconde partie, on suit ce qui semble être une toute autre histoire : celle d'Adam Gibson, flic chevronné, père de deux enfants. Tous désemparés face à la mort de leur mère et épouse qui vient tout juste de décéder des suites d'un cancer après une bataille acharnée de plusieurs années.


Adam, endeuillé va sans délais et ce malgré l'avis de son entourage, se plonger dans le travail et s'investir à corps perdu – au grand dam de sa fille qui lui reproche de ne pas avoir été disponible lors des rechutes et à la mort de sa mère – dans une enquête qui va le mener sur la piste d'un tueur en série suite à la découverte d'un charnier en forêt, renfermant 24 corps de jeunes femmes qu'ils va leur falloir identifier, par de jeunes enfants qui jouaient là.


La suite ne se dévoile pas sous peine de spoiler tout mais il faut savoir que le rythme haletant ne laisse aucun temps mort et passe de rebondissements en découvertes macabres. On n'a pas le temps de « respirer », on est toujours « à fond » dans l'histoire. Tout comme Karine Giebel, Claire Favan nous plonge dans la noirceur indéfinissable de l'âme humaine sans nous laisser reprendre notre souffle. On est confondu devant tant de cruauté et devant le fait que tant de personnages soient si tordus et tellement abjects.


La troisième partie est étonnante et bien amenée. Certaines scènes à la limite du supportable et de la démesure restent cependant plausibles et ne manque pas de réalisme !


Alors, il faut dire que j'ai quand même mis un peu plus d'une semaine à le lire car j'ai dû m'imposer des pauses forcées pour reprendre mes esprits, ma respiration et revenir à la lumière du jour, bref temporiser l'impensable.
Ce thriller psychologique particulièrement réussi n'a me semble-t-il rien à envier aux plus grands et s'aligne selon moi sur les plus hautes marches du podium (voire la plus haute).


Vous l'aurez compris, le page-turner de Claire Favan m'a littéralement emballée tout comme le dit les trois parties de son roman : « un peu, beaucoup, à la folie » et je m'en vais courir chez mon libraire faire l'acquisition du reste de sa bibliographie !! Youpi !!

Fragments
Marilyn Monroe
Me suivre
  • Facebook Social Icon
  • Gazouillement
  • MySpace - Black Circle
  • Trip Advisor social Icône
En Vedette:

BILAN Lecture 2018

April 20, 2019

1/10
Please reload

Tag
Please reload

Lecture en cours:
Mon bouquin de
tous les temps