© 2017-2019 by Bouquinista

  • Grey Facebook Icon
  • Gazouillement
  • Grey Google+ Icon

Satan était un ange

         Karine Giebel

               (2014)

Le pitch:

 

Tu sais Paul, Satan était un ange... Et il le redeviendra. Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder. Mettre la musique à fond pour ne plus entendre. Tic tac... Bientôt, tu seras mort. Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse. La mort est certaine. L'issue, forcément fatale. Ce n'est plus qu'une question de temps. Il vient à peine de le comprendre. Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer. L'échéance approche. Je vais mourir. Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents. Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout... Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

 

Mon avis:

 

Ce roman nous fait croiser le destin de François, atteint d'une tumeur au cerveau, qui refuse les traitements et pour qui la seule solution est la fuite en avant et celui de Paulo, un jeune auto-stoppeur que François embarque dans son road movie tout d'abord vers Marseille puis vers une destination qui leur importe peu à tous les deux. La destination finale est plutôt la Vie … la Mort…
Alors, autant j'ai dévoré les précédents romans de K. Giebel avec énormément d'appétit, surtout le « Purgatoire des innocents » ou encore « Meurtres pour rédemption » et « Terminus Elicius », romans que je trouve fantastiques, autant celui-ci m'a laissé un gout amer. Pourquoi ? Parce qu'on sait parfaitement comment cela ne va pas manquer de finir et ça, ça m'a beaucoup gênée car cela m'a démotivée en quelque sorte. « L'issue est forcément fatale. Ce n'est qu'une question de temps ». Même si la totalité de ses romans finissent « mal » ou « bien et mal », il y a toujours un suspense qui ne se dément pas au fil de la lecture ; par contre celui-ci est définitivement sans aucuns espoirs. Moins violent, plus humain, ce récit est néanmoins attachant et l'on est d'autant plus navré du final. Entraîné chez elle dans une spirale toujours plus violente, plus choquante et plus noire on ressent donc une petite déception, c'est même le roman que j'aime le moins pour le moment chez elle , mais ne soyons pas excessif, c'est tout de même très bien ! (7 sur une échelle de 10 tout de même!!)

Fragments
Marilyn Monroe
Me suivre
  • Facebook Social Icon
  • Gazouillement
  • MySpace - Black Circle
  • Trip Advisor social Icône
En Vedette:

BILAN Lecture 2018

April 20, 2019

1/10
Please reload

Tag
Please reload

Lecture en cours:
Mon bouquin de
tous les temps