© 2017-2019 by Bouquinista

  • Grey Facebook Icon
  • Gazouillement
  • Grey Google+ Icon

Marilyn, dernières séances

Michel Schneider

(2006)

Le Pitch:

Trente mois durant, de janvier 1960 au 4 août 1962, ils formèrent le couple le plus improbable : la déesse du sexe et le psychanalyste freudien. Elle lui avait donné comme mission de l'aider à se lever, de l'aider à jouer au cinéma, de l'aider à aimer, de l'aider à ne pas mourir. Il s'était donné comme mission de l'entourer d'amour, de famille, de sens, comme un enfant en détresse. Il voulut être comme sa peau, mais pour avoir été la dernière personne à l'avoir vue vivante et la première à l'avoir trouvée morte, on l'accusa d'avoir eu sa peau. Telle est l'histoire. Deux personnes qui ne devaient pas se rencontrer et qui ne purent se quitter. Des mots noirs et des souvenirs blancs. Dans la lumière adoucie d'un cabinet de psychanalyste se redit la dernière séance de Marilyn.

Mon avis:

Bon, autant le dire d'entrée, je suis une vraie « fan » de Marilyn, mais pas la star fabriquée par Hollywood, hein, non, la vraie Marilyn, Norma Jean, l'enfant fragile en manque d'amour qu'elle a toujours été. J'ai déjà lu nombres d'ouvrages qui lui ont été consacré sans jamais avoir été vraiment convaincue. Mais ce livre-là m'a paru être à la fois très honnête, sans parti pris et surtout sans jugement à l'emporte-pièce sur la vie et les agissements des uns et des autres.


Basé sur des témoignages, ce livre (prix interallié 2006) retrace les 30 derniers mois de la vie de Marilyn Monroe vus au travers du prisme de « La Psychanalyse ». Finalement Marilyn n'est pas vraiment le seul élément central. Elle dispute le premier rôle avec cette fameuse psychanalyse "freudienne". le rôle que cette dernière a pu jouer dans le destin malheureux de l'actrice et son échec retentissant, ou plutôt, l'échec de son dernier psychanalyste, Ralph Greenson, impuissant à enrayer la machine infernale et la spirale descendante que prenait la trajectoire de Marilyn, est bien mis en lumière ici.


Dans cette biographie fictive ante-chronologique, où s'entrecoupe, séances de psychanalyse, fragments de déroulement des tournages, flashbacks sur l'enfance de Marilyn et rencontres avec des amis, l'auteur essaye d'imaginer ce qu'ont pu être les derniers moments de la star aux deux facettes : D'un côté, le Mythe, l'objet, la bombe sexuelle monté de toute pièce par le « star system » du Cinéma hollywoodien et de l'autre la femme-enfant, noyée dans sa quête existentielle d'elle-même au milieu de ses peurs et ses angoisses étouffantes.


D'aucun dénonceront la longueur du livre (560 pages) ; certes c'est long, mais il ne relate pas seulement la vie de l'actrice ; il analyse aussi l'échec encaissé par Greenson et sa tentative de « sauvetage » par l'analyse en « innovant » en la matière (elle était avant tout un « cobaye » à ce niveau-là). Et cela ne se fait pas en un chapitre ! Pour ma part, j'ai mis un peu de temps à le lire car j'avais besoin de pause pour oxygéner ma lecture, car je « souffrait » véritablement avec Marilyn. Et je ressentais presque réellement ses angoisses, ses peurs, l'inévitable déchéance « annoncée » de par sa dépendance pharmaceutique et affective. C'est dire si ce roman semble « réaliste » !! Je me suis prise plusieurs fois à m'égarer et prendre cela pour une véritable biographie…


Greenson m'est apparu par contre, assez froid et très calculateur au travers du récit malgré l'évident trouble qu'il a ressenti à traiter cette si célèbre icône, nouant une telle relation fusionnelle à la limite de la « rupture » entre eux qu'on ne sait plus très bien qui était dépendant de qui. Celle-ci s'est instaurée au fil des mois, les séances devenant quotidiennes, puis bi, tri voire quadra-quotidiennes. Sans compter le fait que Marilyn était « intégrée » à la famille de son psychanalyste de façon inconditionnelle et le voyait donc y compris le soir et les weekends….
Cet « envahissement », cet « investissement » dans la vie de l'actrice se fait d'ailleurs à tous les niveaux, aussi bien professionnel que personnel, faisant intrusion même dans ses rapports à l'argent ; Greenson en « profitant » pour assoir son autorité en tant que médecin auprès des maisons de productions cinématographiques comme la Fox par exemple où il décroche des « contrats » pour « soutien psychologique » aux acteurs durant leur tournage. L'emprise des uns sur les autres et inversement est total.


On voit bien toute l'importance et le pouvoir qu'avait, aux États-Unis, dans les années 50/60, la psychanalyse sur le monde du Cinéma y compris à New-York et pas seulement à Hollywood.


Marylin, est suivie d'abord par Marianne Kris à New-York, puis Greenson à Los Angeles et même Anna Freud (fille de Sigmund) en Angleterre lors de ses tournages. On assiste ainsi au tournage des « Désaxés » (The Misfits) son avant-dernier film et à l'amorce de « quelque chose doit craquer » qu'elle ne finira jamais. le lent et difficile calvaire des tournages où elle arrive systématiquement en retard et quitte les plateaux régulièrement pour se rendre en analyse.


Quand survient la mort de Marilyn, l'auteur ne s'attarde pas vraiment sur ce qui s'y est réellement passé mais les Kennedy n'y sont pas véritablement mis en cause, si ce n'est par la suite d'avoir cherché à effacer toutes les preuves de leurs liens avec l'actrice.


Greenson y est beaucoup plus mis sur la sellette (ainsi que le médecin généraliste) pour son laxisme avec les barbituriques prescrits à tour de bras et en injections sur une Marilyn complètement déphasée et de plus en plus borderline.


Après, le roman perd de son intérêt car on se perd un peu dans la technique psychanalytique et la justification de Greenson au regard de son implication dans la tragédie survenue le 4 août 1962, sa lourde responsabilité même si elle n'était pas volontaire et de sa culpabilité évidente. On parlera ainsi plus de suicide-assisté que de meurtre ou de complot.


Deux mots pour finir, qui renforce toujours mon impression à son sujet : pauvre Marilyn !.... (elle n' a pas vraiment été « aidée » !!!).

****

***

*

Revue de presse

... Notre collaborateur du Point a toujours pris la mort pour sujet de réflexion, aussi bien dans son «Baudelaire, les années profondes» qu'avec «Morts imaginaires», prix Médicis 2003. En racontant les fins, agonies, derniers mots, confessions ultimes, effroi ou sagesse dernière de ses écrivains préférés, de Nerval à Goethe et de Tchekhov à Jean Rhys. Il sonde, en bon analyste, ce qu'on élude, explore ce qu'on cache, commente ce qui est tapi et dévoile ce qui se règle à l'approche de l'abîme, dans le silence ou la frayeur la plus sauvage. La ligne de vie qui préside à la naissance et au développement de tant de romans fait place, chez lui à une ligne de mort ; elle lui permet, ainsi, de remonter le temps, par épisodes, scènes, songes, mensonges. La vision du mort, chez lui, éclaire la vie avec une sombre ironie comme si l'allée du cimetière menait tout droit aux premiers jeux de l'enfance...

Cette fois, Schneider soulève la pierre tombale de Marilyn Monroe. Couchée telle une momie dans les bandelettes de sa légende, écrasée par tant d'écrits et de biographies, il fallait sortir l'icône et la sainte de sa messe médiatique. Avec ce livre elle reprend son éclatante carnation, son été, ses bains de mer, rendue plus libre et plus aérée par l'imagination et les soins paternels de Schneider. Elle retrouve la délicatesse d'un être humain, sorte d'Albertine disparue, fugitive revenue dans sa villa, non plus harcelée et dévorée par les flashs des photographes et les éclairages de plateau, mais livrée à son psychanalyste, ce docteur Ralph Greenson qui est l'autre grand personnage de ce roman...

On assiste à des tournages, on rencontre les maris, les ex, les amants longue durée, les bons ou mauvais coups d'un soir, d'une heure, les galants professionnels, les salauds célèbres ou oubliés, les vrais fidèles, et les compagnons de chagrin. Schneider ne cache rien des manies sexuelles, des transes, des dégringolades, de cette dépressive à la recherche d'une cajolerie définitive. C'est un livre dur, brutal, coupant comme du verre.
Travail saignant, précis, acharné. Schneider accompagne un chemin de croix, mais dans le champagne, dans la tambouille des artifices hollywoodiens, entre hôpital et séances photo, un chemin de croix avec milliers de dollars, cachets fabuleux, déprimes à répétition, moments nus...

Schneider a utilisé une documentation démentielle. Les décors, les conversations téléphoniques, les réflexions d'un analyste, les ragots, les orgasmes, les secrets d'une cure. Les liens si ambigus, tortueux, en miroir et faustiens de l'analyste et de sa patiente font l'objet d'une analyse serrée...

L'art de Schneider se révèle dans cette approche si soigneuse, si scrupuleuse qui consiste à épier et décrire les symptômes d'une femme qui trouble encore notre monde depuis son outre-tombe, sans juger, mais, non plus, sans cacher ce qui épouvante dans ce drame. (Jacques-Pierre Amette - Le Point du 24 août 2006)

C'est un fantasme absolu : savoir ce que Marilyn Monroe confia, les deux dernières années de sa vie, à son psychanalyste. Dans «Marilyn dernières séances», Michel Schneider imagine justement cette relation. Alors que la blonde a été dévisagée sous tous les angles, envisagée sous tous les prismes, l'écrivain et psychanalyste réussit, lui, à faire entendre sa voix.

Par un savant jeu d'allers-retours, de flash-back, de zooms et de grands plans (très cinématographiques), ce n'est pas la vie de Marilyn Monroe qui est racontée, mais sa mort. «Je ne me demande pas qui ? Je me demande : qu'est-ce qui a tué Marilyn ? Le cinéma, la maladie mentale, la psychanalyse, l'argent, la politique ?» Et c'est tout cela, d'Arthur Miller aux Kennedy, en passant par le strass et le stress, qui est raconté dans ce roman monde. (Olivia de Lamberterie - Elle du 4 septembre 2006)

Structuré autour de scènes assez brèves, qui s'enchaînent, se complètent et se fondent pour donner un rythme fluide à cette enquête qui n'en est pas une, Marilyn, dernières séances, tragédie moderne, est une méditation très fine sur l'art du cinéma (art des images ou art des mots ?), sur la timidité des acteurs, sur ce perpétuel combat que la plupart d'entre eux doivent mener contre eux-mêmes, et une réflexion sur les limites (ou les excès) de la psychanalyse. C'est aussi deux présences magnifiquement rendues. Greenson, l'homme de la parole, qui se laisse pousser la barbe et s'enfonce dans les méandres de «l'usine à images d'Hollywood». Marilyn, la femme silencieuse que les deux frères Kennedy se repassaient «comme une pièce de viande», l'innocente qui cherchait le secret des mots (et des écrivains) pour s'en faire des amis. (Daniel Rondeau - L'Express du 14 septembre 2006)

Comme certains films noirs, cette histoire commence par une scène qui devrait en être l'épilogue : le corps sans vie d'une femme blonde dans une chambre d'hôtel de Los Angeles, et, au coeur de la nuit, un homme qui, au téléphone, d'une voix sans timbre, signale à la police ce décès. Si suspense il y a, dans ce très beau roman de Michel Schneider, il ne réside donc pas dans la conclusion du récit. Simplement, cette fin tragique annoncée nimbe-t-elle d'un bout à l'autre le roman d'une aura tragique, crépusculaire. La femme, c'est Marilyn Monroe.
Quant à l'homme, il s'agit de Ralph Greenson, le dernier des psychanalystes de l'actrice. (Nathalie Crom - Télérama du 23 septembre 2006)

Marilyn dernières séances explore ce lien en approfondissant un cas extrême, qui tire peu à peu à lui la couverture du divan et de l'écran : les rapports entre Marilyn Monroe et son quatrième et dernier analyste, Ralph Greenson. Le jour où elle meurt, le 4 août 1962, elle a eu deux longues séances avec lui. Ce n'était pas inhabituel. Il voit son corps sans vie, chez elle, dans la nuit, pâle sur des draps bleus. Jamais il ne se remettra de sa disparition...
Le texte débute «plutôt» comme un document : même s'il n'en est pas un, il en fait l'effet. C'est alors un excellent livre de seconde main, qui effectue au mieux cette opération des temps modernes : combiner dans l'ambiguïté les traces existantes. Puis, peu à peu, il s'enfonce dans autre chose : des dialogues, de la psychologie, du commentaire, toute une ventriloquie créative. Schneider parle de plus en plus à la place des morts qu'il nous a présentés selon les meilleures sources, et autour d'eux. A mesure qu'on approche de la fin de l'héroïne, l'effet-roman prend le pas sur l'effet-document. (Michel Schneider - Libération du 28 septembre 2006)

«JE N'AIME PAS les autoportraits.» Ni les magnétophones, ces traîtres qui vous piègent avec vos propres mots. Un peu crispé à l'idée de se raconter, Michel Schneider est soulagé de voir qu'en fait de sa bête noire, c'est un inoffensif carnet de notes qu'on a dégainé. Comme une formalité, avant d'attaquer un sujet qui le passionne, «sa» Marilyn, il se prête au jeu, parle de lui et de ses vies multiples...
Michel Schneider ne traque pas cette vérité, il l'imagine selon le «mentir-vrai» formulé par Aragon, sans doute le seul accès au réel. Tout au long de ces 500 pages, il restitue l'accent autrichien de Billy Wilder, le cabinet de Greenson, l'aventure de Monroe avec Montand, ses tête-à-tête spirituels avec Capote, ses comas répétés sur les tournages. Schneider prête à la belle des mots de visionnaire, des réflexions subtiles sur la mort, son image, son existence qu'elle ne parvient à habiter. Il aime voir en elle l'inspiratrice de Holly Golightly, la cover-girl du Petit déjeuner chez Tiffany, incarnée à l'écran par Audrey Hepburn (au grand dam de Schneider qui ne lui trouve aucune sensualité), qui perce à elle seule le mystère de Marilyn : «Mieux vaut regarder le ciel que d'y être. C'est un endroit si vide, si vague. Juste l'endroit où se promène le tonnerre et où les choses disparaissent.» (Astrid Eliard - Le Figaro du 28 septembre 2006)

 

 

 

 

Fragments
Marilyn Monroe
Me suivre
  • Facebook Social Icon
  • Gazouillement
  • MySpace - Black Circle
  • Trip Advisor social Icône
En Vedette:

BILAN Lecture 2018

April 20, 2019

1/10
Please reload

Tag
Please reload

Lecture en cours:
Mon bouquin de
tous les temps