© 2017-2019 by Bouquinista

  • Grey Facebook Icon
  • Gazouillement
  • Grey Google+ Icon

L'ivresse du sergent Dida

           Olivier Rogez

                        2017

Le pitch:

 

Soldat déprimé au sein d’une armée laissée à l’abandon, le sergent Dida se contente de survivre. Il ne croit plus en rien. Un jour pourtant, la chance s’arrête sur le seuil de sa vie.

Dans une station-service écrasée de soleil, un officier jette son mégot dans une flaque d’hydrocarbure. Ce mépris souverain pour la mort enflamme l’imagination du sergent. Il vient de rencontrer son héros… Il ne faut pas rater cette occasion ! Le jeune homme a encore quelques réflexes. Il paraît qu’on ne rattrape pas un couteau qui tombe ? Eh bien Dida tente le coup ! Il va prendre le risque ! Dans un pays qui s’effondre, le sergent Dida va se lever !
Ici, dans cette terre d’Afrique de l’Ouest qui l’a vu naître, tandis que le dictateur se meurt, Dida entreprend son ascension vers le pouvoir. Mais le destin est une camisole. Saura-t-il s’en libérer ? Échapper au rôle que tous veulent lui faire jouer ?
Avec L’Ivresse du sergent Dida, puissant roman aux couleurs de l’Afrique, Olivier Rogez interroge les ressorts du pouvoir, cette drogue violente qui transforme l’âme humaine, pour le pire ou le meilleur

 

Mon avis:

 

Il est vrai que ce roman est aux antipodes de mes lectures habituelles (d'ordinaire plutôt axées sur les polars et autres thrillers en tout genre) mais j'aime les livres qui me font ainsi découvrir de nouveaux sujets, de nouveaux auteurs et me font voyager aussi par la même occasion.

Pour ce premier roman d'Olivier Rogez, nous partons vers un pays de l'Afrique de l'Ouest, qui n'est jamais nommé précisément dans le livre mais on comprend qu'il a dû être une ancienne colonie française et qu'il pourrait être à mon sens la Guinée dont l'histoire du capitaine Moussa Dadis Camara pourrait avoir inspiré ce livre. Mais peu importe car le livre retrace une histoire universelle, celle du destin d'une nation secouée par les soubresauts de l'Histoire et de l'ascension au pouvoir d'un simple sergent surgi de nulle part, promu capitaine à la faveur d'une situation opportune puis Chef d'Etat.

Ce sergent, vit d'expédients glanés à droite et à gauche en faisant des « petits boulots » et en rendant quelques services, la solde de l'armée suffisant à peine à le maintenir en vie. Car tout part à vau-l'eau dans ce pays-là. La misère est latente et tous ceux qui s'en « sortent » vivent de « combines » ou de larcins divers. Les « bandits » sont rois au royaume de cocagne. Au plus haut niveau de l'état la corruption règne en maître. C'est la loi du chacun pour soi.

Un matin, la population constate une effervescence inhabituelle aux abords du palais présidentiel et pour cause, le vieux chef d'état Doumbia, se meurt. Aussitôt les spéculations vont bon train ; les tractations et les manipulations pour la succession vont bientôt faire rage au cénacle et chacun des protagonistes se voit jouer un rôle prépondérant et accéder à la fonction suprême au prix de duels meurtriers et sans pitié pour leurs adversaires.

Mais c'est sans compter sur une équation à plusieurs inconnues : l'armée ainsi que le peuple et ses réactions. Car même s'il est rarement consulté pour ce qui est des décisions au plus haut niveau il n'en reste pas moins un joker non négligeable que tous cherchent à manipuler.

Mais que fera Dida une fois son coup d'état mené à bien quasiment sur un coup de tête ? Quelle sera son programme pour la destinée de son pays ? Là est tout le coeur du livre. Quel sera sa réflexion et son cheminement ? Quel rôle son entourage va-t-il jouer ? Sera-t-il positif ou négatif ? Arrivera-t-il à se sortir de la spirale de la corruption et des exactions commises pour le « bien de l'état » (ou du peuple et ce qui ne se rejoint pas toujours)?

Nous le suivront d'espoirs en désillusions, de déceptions en illuminations ; l'auteur avec un langage frais, coloré et vivant, autopsie comment le pouvoir influe sur la personnalité, guide l'individu jusqu'à son ultime revendication : déclencher la Révolution. Une vraie révolution, celle qui libère les âmes, celle qui redonnera égalité aux humains, qui rompra les chaines qui les avilis et les soumets, qui détruira toute corruption et qui fera renaitre un ordre nouveau. Mais Dida réussira-t-il à imposer sa vision de l'avenir ? Existe-t-il une révolution « positive » ?

L'auteur qui est grand reporter pour RFI en Afrique connait bien ces questions brulantes et tente d'y introduire avec un certain succès, sa propre vision des choses. Cependant il se défend d'avoir écrit un livre « sur l'Afrique » en arguant que ces problèmes-là sont mondiaux et qu'on peut retrouver la même situation sur n'importe quel continent. Il veut donc élargir le débat à quelque chose de plus philosophique, de plus global sur l'impact du pouvoir sur une personne, l'usure de son exercice et la finalité de la puissance gagnée par la force.

Ce livre est une vraie belle découverte et la fin m'a étonnée et puis elle nous rappelle somme toute que l'Histoire n'est qu'un éternel recommencement…

Fragments
Marilyn Monroe
Me suivre
  • Facebook Social Icon
  • Gazouillement
  • MySpace - Black Circle
  • Trip Advisor social Icône
En Vedette:

BILAN Lecture 2018

April 20, 2019

1/10
Please reload

Tag
Please reload

Lecture en cours:
Mon bouquin de
tous les temps