© 2017-2019 by Bouquinista

  • Grey Facebook Icon
  • Gazouillement
  • Grey Google+ Icon

Barracoon

L'histoire du dernier esclave américain

Zora NEALE-HURSTON

(2019)

/

Le Pitch

 

Barracoon désigne les bâtiments utilisés pour le confinement des Africains destinés à être vendus et exportés vers l’Europe et les Amériques. Ces bâtiments allaient du modeste « abri à esclaves » aux imposantes « maisons d’esclaves » ou « châteaux d’esclaves ». Les captifs y restaient souvent confinés pendant des mois entiers.


En 1927, la jeune anthropologue Zora Neale Hurston, qui va devenir l’une des plus grandes écrivaines noires du XXe siècle part rencontrer en Alabama Cudjo Lewis. A 86 ans, Cudjo est l’ultime survivant du dernier convoi négrier qui a quitté les côtes du Dahomey pour l’Amérique. Pendant des mois, Zora va recueillir sa parole, devenir son amie, partager ses souffrances et des fiertés. Le témoignage de Cudjo restitue comme nul autre la condition, la vie d’un esclave : de sa capture en 1859 par un village voisin à sa terrifiante traversée, de ses années d’esclavage jusqu’à la guerre de sécession, jusqu’à son combat pour son émancipation.

 

Un témoignage unique d’une sincérité et d’une précision bouleversante.

 

Mon avis:

 

Zora Neale-Hurston est une anthropologue et une « folkloriste » afro-américaine aujourd'hui reconnue mondialement. L'essai qu'elle écrit en 1925 (qui donnera lieu dans un premier temps à une publication sous forme d'article en 1927), son premier ouvrage, est resté inédit pendant 90 ans, du fait du langage utilisé, peu commode à la compréhension et aussi, par peur d'accusations racistes : le fait que les africains aient participé activement à la traite négrière est un fait que les esclaves et globalement la population noire née en exil n'ont jamais pu comprendre et qu'à l'intérieur même du continent africain, la ségrégation existait elle aussi bel et bien du fait des guerres de clan et des dissensions tribales.


Pour cet ouvrage, il s'agit de la transcription des conversations qu'elle a eu avec Cudjo Lewis (de son nom africain, Oluale Kossola, il choisira « Cudjo » pour sa signification en yoruba qui veut dire « lundi ») considéré alors comme le dernier survivant de la traite transatlantique aux Etats-Unis (Redoshi fut « découverte » bien plus tard, en 2019) qui fut convoyé illégalement sur le « Clotilda », dernier navire négrier à aborder en terre américaine en 1860.


Pour conserver la véracité de ce témoignage, l'auteure choisit d'employer le langage dit « vernaculaire » (définition Larousse : Langue locale parlée à l'intérieur d'une communauté, par opposition au langage « véhiculaire » qui sert à communiquer dans le monde – Vernaculus = indigène et Verna = esclave).


Elle transcrit fidèlement ces entretiens pour en garantir l'authenticité en se défendant de toutes interprétations personnelles qui pourraient interférer avec les déclarations de Cudjo. Elle le présente comme un texte « brut », factuel et impartial pour ce qui la concerne.


De la parole directe de Kassola, il en ressort un récit puissant et parlant qui retrace le cauchemar collectif vécu par des millions d'Africains déracinés et déportés vers l'Europe ou l'Amérique. Tout y est dit de façon subtile mais sans détour. La simplicité de Kossola est touchante ; il « raconte » naturellement, avec fatalisme, sans haine ni rancoeur : il constate.


Alors âgé de 86 ans, Cudjo livre une histoire somme toute très parcellaire qui engendre des « raccourcis » sur des choses, soit dont il ne se rappelle pas bien, soit qu'il ne comprend pas (comme la mort de sa femme par exemple où l'on déduis qu'il n'en a pas saisi la raison, qu'il n'appréhende pas vraiment ce qu'il lui est arrivée – il évoque vaguement une « maladie »…) ; une mémoire hésitante qui laisse apparaitre des « trous » et des approximations.


Plus tard, il raconte que les esclaves libérés fonderont Africatown USA et Plateau (endroit nommé Magazine Point autour de Mobile, Alabama) lorsqu'ils comprendront que malgré toutes les « économies » qu'ils pourront rassembler ne suffiront pas pour retourner en Afrique. Cette ville constituera un dernier « rempart » contre les américains : les blancs, mais aussi les noirs de deuxième ou troisième générations qui considèrent leurs frères africains comme des « sauvages ». La ségrégation raciale bat alors son plein même après l'abolition de l'esclavage en 1865.


Le livre est non seulement composé du (court) témoignage livré par Zora Neal-Hurston mais il est étoffé par une préface d'Alice Walker (précieuse pour ses précisions et explications nécessaires à la compréhension du texte qui suit) et des notes en fin de récit écrites par son biographe Robert E. Hemenway.


Emma Langdon Roche, Zora y fait brièvement allusion lorsqu'elle cite ses sources. Emma est une écrivaine et artiste américaine qui a été en fait la première à interviewer les habitants d'Africatown et à avoir rencontré Kazoola (Kossola, bref, Cudjo ). Elle fut la première à écrire sur l'Histoire de ces anciens esclaves. Son livre « Historic Sketches of the South » n'a à ce jour, pas été traduit en français. Zora rencontrera elle aussi Cudjo par la suite ainsi que différents habitants de la région de Mobile.

 

Cela va donner lieu à une grande polémique. En effet, à la fin de « Barracoon », Hemenway fait quand même un procès d'intention à Zora où il souligne qu'elle aurait tout bonnement plagié la majeure partie des recherches et écrits d'Emma Langdon Roche tout en lui cherchant néanmoins quelques excuses vaseuses. C'est fâcheux car finalement cela minimise fortement l'impact du témoignage. Présenté comme un énorme travail de reconstitution, de mémoire, de transcription minutieuse, le récit est gravement relativisé par les accusations portées sur l'oeuvre de Zora.

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé le récit de Kossola en lui-même avec son langage particulier par contre les commentaires après beaucoup moins. Si comme le présente la couverture, il s'agit bien du témoignage de Cudjo Lewis, « Barracoon » écrit par Zora Neale-Hurston, les commentaires de fin de livre sont tout à fait superflus. Il aurait eu sa place dans un autre livre consacré exclusivement à la biographie de l'anthropologue [Il existe je crois]. La préface d'Alice Walker suffit largement.


Cependant comme le travail d'Emma Langdon Roche n'est pas encore parvenu en France, celui de Zora Neale-Hurston reste très précieux et n'enlève rien à l'authenticité du témoignage de Cudjo. C'est cela qui me semble important.


Je remercie infiniment les Editions J.C. Lattès pour avoir fait traduire et éditer l'ouvrage ainsi que la plateforme NetGalley pour m'avoir permis de découvrir l'histoire de Kossola et de m'avoir interpellée sur le parcours de Zora Neale-Hurston.

Fragments
Marilyn Monroe
Me suivre
  • Facebook Social Icon
  • Gazouillement
  • MySpace - Black Circle
  • Trip Advisor social Icône
En Vedette:

BILAN Lecture 2018

April 20, 2019

1/10
Please reload

Tag
Please reload

Lecture en cours:
Mon bouquin de
tous les temps